Modes de fonctionnement Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer

ORGANISATION DE LA COMMUNAUTÉ DE CHERCHEURS

Le domaine de recherche « Langues pour le développement » rassemble les chercheurs universitaires mobilisés par les objectifs de l’AUF et ayant le souci d’utiliser régulièrement le français comme langue de communication scientifique. Il réunit dès sa création les chercheurs de ces domaines, invités à être des acteurs majeurs, en tant qu’individualités ou en tant que groupes d’expertise déjà constitués.

Le domaine de recherche est représenté par un chercheur au sein du bureau du Comité de coordination et de suivi de la thématique Langue française, diversité culturelle et linguistique, et chaque problématique est représentée par un chercheur auprès de ce même comité.

Chacune des trois problématiques donne lieu à des appels à projets proposés par des chercheurs engagés dans ce domaine de recherche et auxquels peuvent répondre les chercheurs inscrits au répertoire (www.chercheurs.auf.org).

Un comité dédié (ou comité ad hoc) est chargé du pilotage de chaque projet. Les anciens réseaux peuvent, s’ils le souhaitent, se constituer en associations autonomes. À ce titre, ils continueront à fédérer des chercheurs du pôle autour de problématiques scientifiques et à jouer un rôle d’expertise au service des missions du domaine de recherche.

PROJETS

Types d’action
Les activités du domaine de recherche, sous forme de projets, s’articulent autour de ses trois problématiques principales. Plus précisément, les projets mettent en œuvre plusieurs types d’actions :

- des actions de production de recherche (recherche appliquée ou recherche-action) en réseaux inter-universitaires sur un, deux, trois ou quatre ans ;
- des actions d’intervention de la direction de la Langue et de la communication scientifique en français (diffusion de résultats de recherches ou de travaux en cours ; colloque, publication collective, base de données, etc.) ;
- des actions d’intervention en réponse à des demandes d’expertise ou de formation à la recherche (soumises par des Bureaux régionaux de l’AUF, des établissements membres, des partenaires de la Francophonie).

Modes de fonctionnement

Les projets suivent les règles de fonctionnement suivantes :

APPELS À PRÉPROJETS
Les projets seront sélectionnés au terme d’un appel à préprojets. Ce type d’appel permet de réunir des propositions de projets dans un format moins lourd qu’un projet finalisé (ex. : les indications budgétaires en grandes masses uniquement) ; cette procédure permet d’affiner les projets finaux, de former à la rédaction de projets, de les échelonner dans le temps, voire de les organiser dans un ensemble plus large (on peut ainsi imaginer organiser une réunion de trois équipes travaillant sur des projets parallèles, publication coordonnée en 3 volumes à l’appui).

Pour chaque appel à préprojets, le comité dédié (ou comité ad hoc) est chargé de la rédaction de l’appel puis de l’examen et du suivi des projets.

Les projets sélectionnés pourront être d’une durée de 1 à 4 ans.

TRANSVERSALITÉ ET PARTENARIAT
Les responsables des projets veilleront à articuler l’ensemble des moyens et outils de l’AUF, notamment les Bureaux régionaux de l’AUF, qui seront fortement impliqués dans l’inscription des projets de développement sur le terrain et les bourses de recherche doctorale.

Les responsables des projets veilleront également à ce que leurs actions s’effectuent au service de la société civile, en partenariat avec des acteurs de terrain et d’autres opérateurs ou acteurs de la Francophonie.

FORMATION
De manière générale, les projets veilleront à ce que des missions formatives soient systématiquement associées à ses actions.

Chaque action devra associer des jeunes chercheurs qui s’engageront à réaliser leur thèse de doctorat dans le cadre de la recherche financée. Une part spécifique du financement sera réservée à la mobilité de ces doctorants, en sorte qu’ils puissent réaliser leur thèse en cotutelle Sud-Sud ou Nord-Sud.

DÉVELOPPEMENT
Chaque action du domaine de recherche devra nécessairement impliquer une problématique de développement des pays du Sud.

APPUI DE L’AUF

L’appui de l’AUF se manifestera par les moyens suivants :

- en recherche, à partir d’appels : co-financement de projets en partenariat d’une durée de 1 à 4 ans, dotés d’un budget de 2.000 euros à 20.000 euros par an en fonction de la nature, de l’importance et des retombées du projet ;

- en application de la recherche : commande d’expertise à partir d’appels à soumission (sur 1 ou 2 ans, de 2.000 à 8.000 euros environ en fonction de la commande) ; en diffusion de la recherche : appui à l’organisation de journées scientifiques, à la publication de travaux, à la valorisation sociale des connaissances scientifiques (appui financier de 2.000 à 10.000 euros, et logistique).

COMITÉ AD HOC

Problématique 1 : Aménagement du lexique au service du développement
- Ibrahim BEN MRAD, Université de la Manouba (Tunisie)
- Marc VAN CAMPENHOUDT, Institut Supérieur de traducteurs et interprètes ISTI - Haute École de Bruxelles (Belgique)
- Xavier BLANCO ESCODA, Université autonome de Barcelone (Espagne)
- Omer MASSOUMOU, Université Marien Ngouabi à Brazzaville (Congo)

Problématique 2 : Description de la diversité linguistique
- Gudrun LEDEGEN, Université de La Réunion (France)
- Moussa DAFF, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
- André THIBAULT, Université de Paris IV – Sorbonne (France)
- Thierno CISSE, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
- Pierre MARTINEZ, Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis (France)
- Farid BENRAMDANE, Université Ibn Badis (Algérie)

Problématique 3 : Valorisation de la langue maternelle, l’intercompréhension, la traduction et l’interprétation

- Franck NEVEU, Université de Caen (France)
- Marie-Claude L’HOMME, Université de Montréal (Canada)
- Gueorgui JETCHEV, Université de Sofia St Clément d’Ohrid (Bulgarie)

pixel_transparent